Sermons

【3-14】< Hébreux 7:1-28 > Le sacrifice changé



< Hébreux 7:1-28 >

“Car ce Melchisédec, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très-haut, qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, et qui le bénit, auquel aussi Abraham donna pour part la dîme de tout, premièrement, étant interprété, roi de justice, et puis aussi roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix; sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie, mais assimilé au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité. Mais considérez combien grand était celui à qui même Abraham donna une dîme du butin, lui le patriarche. Et ceux d’entre les fils de Lévi qui reçoivent la sacrificature ont bien un commandement de dîmer le peuple selon la loi, c’est-à-dire leurs frères, bien qu’ils soient sortis des reins d’Abraham; mais celui qui ne tire pas généalogiquement son origine d’eux, a dîmé Abraham et a béni celui qui avait les promesses. Or, sans contredit, le moindre est béni par celui qui est plus excellent. Et ici, des hommes qui meurent reçoivent des dîmes; mais là, celui de qui il est rendu témoignage qu’il vit; et, pour ainsi dire, Lévi même, qui reçoit des dîmes, a été dîmé en Abraham, car il était encore dans les reins de son père quand Melchisédec alla au-devant de lui. Si donc la perfection était par la sacrificature lévitique (car c’est en relation avec elle que le peuple a reçu sa loi), quel besoin était-il encore qu’un autre sacrificateur se levât selon l’ordre de Melchisédec et qui ne fût pas nommé selon l’ordre d’Aaron? Car la sacrificature étant changée, il y a aussi par nécessité un changement de loi. Car celui à l’égard duquel ces choses sont dites appartient à une autre tribu, dont personne n’a été attaché à l’autel; car il est évident que notre Seigneur a surgi de Juda, tribu à l’égard de laquelle Moïse n’a rien dit concernant des sacrificateurs. Et cela est encore bien plus évident, si, à la ressemblance de Melchisédec, un autre sacrificateur se lève, qui n’a pas été établi selon la loi d’un commandement charnel, mais selon la puissance d’une vie impérissable. Car [ce] témoignage [lui] est rendu: «Tu es sacrificateur pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédec». Car il y a abrogation du commandement qui a précédé, à cause de sa faiblesse et de son inutilité (car la loi n’a rien amené à la perfection), et introduction d’une meilleure espérance par laquelle nous approchons de Dieu. Et en tant que [cela n’a] pas [eu lieu] sans serment (car ceux-là sont devenus sacrificateurs sans serment, mais celui-ci [l’est devenu] avec serment, par celui qui a dit de lui: «Le Seigneur a juré et ne se repentira pas: Tu es sacrificateur pour l’éternité [selon l’ordre de Melchisédec]»), c’est d’une alliance d’autant meilleure que Jésus a été fait le garant. Et ceux-là étaient plusieurs sacrificateurs, parce que la mort les empêchait de demeurer; mais celui-ci, parce qu’il demeure éternellement, a la sacrificature qui ne se transmet pas. De là vient aussi qu’il peut sauver entièrement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder pour eux. Car un tel souverain sacrificateur nous convenait, saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux, qui n’est pas journellement dans la nécessité, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple; car cela, il l’a fait une fois pour toutes, s’étant offert lui-même. Car la loi établit pour souverains sacrificateurs des hommes qui sont dans l’infirmité, mais la parole du serment, qui est après la loi, [établit] un Fils qui est consommé pour l’éternité.”



Il y a un sacrificateur nommé Melchisédec apparaissant dans l’Ancien Testament. Quand nous regardons en Genèse chapitre 17, nous voyons Abraham lever une armée et la former dans sa propre maison pour faire la guerre à Chedorlaomer roi d’Elam et d’autres rois alliés avec lui, et secourir son neveu Lot après les avoir tous vaincus. A ce moment-là, sur le chemin du retour de guerre d’Abraham, un sacrificateur nommé Melchisédec lui a apporté du pain et du vin et l’a béni. Donc Abraham a mis de côté la dîme du butin de la guerre et l’a donné à Melchisédec le sacrificateur  (Genèse 14:17-20).

En citant ce sacrificateur Mechisédec, le passage des écritures d’aujourd’hui parle de l’exaltation du sacerdoce de Jésus selon l’ordre de Melchisédec. Le sacrificateur Melchisédec était le roi de paix et roi de justice, sans père ni mère, sans généalogie, et n’ayant ni commencement de jours ni fin de vie, mais fait comme Fils de Dieu, et toujours sacrificateur. Il était le roi de justice et le roi de paix. Le livre des Hébreux fait une comparaison opposée entre le sacerdoce de l’Ancien Testament et celui du Nouveau Testament, et ce faisant la Bible nous demande ici de comparer le sacerdoce de Jésus selon l’ordre de Melchisédec avec le sacerdoce d’Aaron dans l’Ancien Testament, et de méditer sur le niveau auquel Jésus est exalté.

Les descendants d’Abraham ont fini par donner la dîme de tout aux sacrificateurs Lévites, même si ces derniers étaient de leur propre peuple ou famille. Mais en réalité, bien que la loi soit venue par Moïse dans l’Ancien Testament, Aaron a été établi pour accomplir le sacerdoce de souverain sacrificateur du peuple d’Israël, et en tant que souverain sacrificateur, Aaron était la plus haute autorité parmi les Israélites. C’est assez intéressant de voir ici qu’Abraham a aussi donné la dîme au sacrificateur Melchisédec.

Cela signifie-t-il que les sacrificateurs de l’Ancien Testament étaient plus grands que Jésus? La Bible compare deux sacerdoces différents ici – celui des souverains sacrificateurs terrestres avec celui de Jésus; qui est donc plus élevé? Qui doit être béni par qui, et qui doit demander des bénédictions? Ces questions sont traitées par l’auteur du livre des Hébreux au début du passage des écritures d’aujourd’hui. Il est écrit: “Le moindre est béni par celui qui est plus excellent.” Abraham, aussi, était béni par Melchisédec, le sacrificateur du Très Haut.

Comment devrions-nous donc mener nos vies de foi? Devrions-nous nous appuyer sur la loi et nous confier dans les institutions du tabernacle et du système sacrificiel de l’Ancien Testament? Ou devrions-nous nous confier dans le sacrifice de l’eau et de l’Esprit donné par Jésus quand il est venu sur la terre pour nous sauver? Que nous soyons bénis ou maudits dépend de la sorte de sacrifice entre les deux à laquelle nous nous confions. Donc le passage des écritures d’aujourd’hui est très important. Devrions-nous venir devant Dieu en essayant d’observer sa parole fidèlement et offrant des sacrifices légalistes chaque jour, ou devrions-nous mener nos vies de foi en croyant au salut que Jésus Christ a accompli pour nous par son eau et le sang et offrant son propre corps nous rendant ainsi sans péché une fois pour toutes? Nous devons choisir l’une de ces deux options pour notre vie de foi.

Dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël avait énormément de respect pour les descendants de Lévi, particulièrement les descendants d’Aaron. Mais en ce temps présent du Nouveau Testament, il fait peu de doute que tout chrétien considère Jésus comme supérieur à la maison d’Aaron. Cependant, bien que la plupart des chrétiens connaissent bien cela, beaucoup d’entre eux ne le démontrent pas réellement dans leur vie de foi. A ce sujet, la Bible dit ce qui suit: “Car la sacrificature étant changée, il y a aussi par nécessité un changement de loi” (Hébreux 7:12). Avec ce passage, la Bible dit que Jésus, qui appartenait à une autre tribu qui n’officiait pas à l’autel dans l’Ancien Testament, allait recevoir le sacerdoce.

A travers Moïse, Dieu avait donné pas moins de 613 règles et commandements de la loi au peuple d’Israël. Moïse avait instruit les gens à vivre par cette loi. Et le peuple d’Israël avait répondu d’une seule voix qu’ils vivraient effectivement selon cette loi devant Dieu. Quand nous regardons dans le Pentateuque (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome), nous voyons le peuple d’Israël promettre à Dieu de demeurer dans sa parole de la loi. Quels que soient les commandements que Dieu leur donnait, ils disaient tous oui et promettaient d’obéir à tous ses commandements sans condition. Cependant, quand nous dépassons le livre de Deutéronome et allons au livre de Josué, nous voyons que le peuple d’Israël n’a jamais vécu selon la loi donnée par Dieu. En même temps nous regardons aux Juges et regardons à 1 et 2 Rois, et voyons que le peuple d’Israël avait déjà commencé à refuser d’obéir aux dirigeants spirituels, et par-dessus tout, nous les voyons même corrompre le système sacrificiel en offrant des sacrifices de toute manière qui leur semblait bonne. Le livre de Malachie rapporte que même si Dieu avait ordonné aux Israélites d’apporter des offrandes sans défaut, ils n’y prêtaient pas attention et amenaient des agneaux pleins de défauts qu’ils ne pouvaient vendre à personne, disant aux sacrificateurs: “Fais-nous une faveur cette fois-ci et accepte cette offrande.” En dépit du fait que tout sacrifice devait être apporté selon les prérequis établis par Dieu, les Israélites offraient des sacrifices selon leur propre envie.

Ainsi, pas une seule foi les Israélites de l’Ancien Testament n’ont observé la loi de Dieu entièrement. Par conséquent, Dieu a dû changer le système sacrificiel pour le peuple d’Israël. Quand nous allons dans le livre de Jérémie, nous voyons Dieu dire qu’il allait établir une autre loi pour Juda.

Lisons Jérémie 31:31-34 ici: “Voici, des jours viennent, dit l’Éternel, et j’établirai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une nouvelle alliance, non selon l’alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte, mon alliance qu’ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit l’Éternel. Car c’est ici l’alliance que j’établirai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Éternel: Je mettrai ma loi au dedans d’eux, et je l’écrirai sur leur cœur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple; et ils n’enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant: Connaissez l’Éternel; car ils me connaîtront tous, depuis le petit d’entre eux jusqu’au grand, dit l’Éternel; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché.”

Notre Seigneur dit ici qu’il établirait une nouvelle alliance avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda, et que puisque même si Dieu avait fait une alliance avec le peuple d’Israël à travers la loi ils n’ont pas vécu selon la parole de Dieu, Dieu a décidé d’établir une autre alliance de salut à la place de la loi. Les Israélites avaient promis à Dieu: “Nous t’adorerons toi seul et nous vivrons selon ta parole et tes commandements.” Quand Dieu leur a dit: “vous n’aurez point d’autres dieux devant moi,” ils ont tous dit “Oui, Seigneur, nous n’aurons point d’autres dieux. Toi seul es notre Dieu. Le Seigneur est le seul Dieu. Il ne peut pas y avoir d’autres dieux pour nous.” Mais en dépit de cela, les Israélites n’ont pas gardé leur promesse d’adorer Dieu seul.

La loi inclus les dix commandements, qui spécifient les règles basiques que tout le monde doit suivre: “tu n’emploieras point mon nom en vain; tu ne t’inclineras point devant d’autres dieux; tu ne te feras point d’idoles pour t’incliner devant elles; tu sanctifieras le jour du sabbat; tu honoreras tes parents; tu ne tueras point; tu ne commettras point d’adultère; tu ne déroberas point; tu ne rendras point de faux témoignage; et tu ne convoiteras point.” La loi inclut aussi beaucoup d’autres règles qui doivent être observées dans la vie quotidienne, spécifiant dans un détail minutieux ce qui doit et ne doit pas être fait par le peuple de Dieu. Tout ce qui est bon, la loi nous ordonne de le faire, et tout ce qui est mal, la loi nous ordonne de ne pas le faire. Ce sont la loi et les commandements donnés par Dieu. Cependant, dans la race humaine entière, il n’y a pas une seule personne qui puisse observer la loi de Dieu totalement. C’est pour cela que Dieu devait établir un autre moyen d’arriver au salut du péché au lieu de la loi.

Exactement quand, alors, le système sacrificiel a-t-il changé? Le sacerdoce a été changé après que Jésus soit venu sur la terre. Quand Jésus a accepté le devoir sacerdotal d’Aaron le souverain sacrificateur, le Seigneur a mis fin aux rites sacrificiels du temple qui avaient été administrés seulement par les descendants de Lévi. Le Seigneur seul a assumé le sacerdoce comme souverain sacrificateur du royaume des cieux. Il est venu sur la terre non comme un descendant d’Aaron mais descendant de Juda, et il a sacrifié son propre corps à Dieu le Père pour le salut de la race humaine entière de son péché, pour que chacun soit remis de tous les péchés par le baptême sacrificiel et le sang de Jésus. Et en faisant cela, le Seigneur a maintenant donné la possibilité à la race humaine entière de résoudre tous les problèmes de péchés par la foi. A travers ce sacrifice qui a amené le salut à l’humanité, à travers le sacrifice du baptême et du sang de Jésus, le Seigneur a résolu tous les problèmes de péchés de la race humaine. Il a offert le sacrifice de salut éternel.



“Car la sacrificature étant changée, il y a aussi par nécessité un changement de loi”


Le système sacrificiel et le sacerdoce de l’Ancien Testament ont maintenant changé en ce temps présent du Nouveau Testament. Au temps de l’Ancien Testament, le peuple d’Israël devait offrir le sacrifice au jour de l’expiation une fois par an par le biais des Lévites seuls, particulièrement les descendants d’Aaron. En ces jours-là, les péchés des Israélites étaient remis seulement s’ils offraient le sacrifice par Aaron le souverain sacrificateur et ses descendants. Et quand le souverain sacrificateur entrait dans le sanctuaire et dans le Lieu Très Saint au-delà du voile une fois par an, il devait remplir la pièce d’encens et amener le sang de l’animal sacrifié dans la présence de Dieu. Seul le souverain sacrificateur pouvait entrer dans le Lieu Très Saint du sanctuaire une fois par an.

Cependant, une fois que Jésus est venu sur cette terre, le sacerdoce d’Aaron a été déplacé sur Jésus. Jésus a reçu un sacerdoce éternel. Et en tant que souverain sacrificateur éternel du royaume des cieux, il a accompli ce sacerdoce sans faute en offrant son propre corps pour amener la rémission des péchés à la race humaine entière.

Au temps de l’Ancien Testament, même le souverain sacrificateur lui-même n’était pas sans défaut, et il devait donc transférer ses péchés sur l’animal à sacrifier en posant les mains sur sa tête et confesser: “Seigneur, j’ai péché de façon innombrable.” Ayant ainsi transféré tous ses péchés sur l’animal sacrifié par l’imposition de ses mains, le souverain sacrificateur tuait alors l’animal, aspergeait le sang sur et devant l’arche du témoignage sept fois, mettait le reste du sang sur les cornes de l’autel des holocaustes, coupait l’animal en morceaux, et offrait le sacrifice en brûlant la chair ainsi que la graisse sur l’autel des holocaustes. Etant donné le fait qu’Aaron le souverain sacrificateur avait lui-même beaucoup de défauts, combien plus les gens communs devaient-ils avoir de défauts? Même si Aaron était un descendant de Lévi et le souverain sacrificateur terrestre, il pouvait offrir le sacrifice du jour de l’expiation une seule fois par an selon la loi établie par Dieu. Et ce sacrifice ne pouvait pas enlever les péchés des Israélites pour toujours (Hébreux 10:1-4).

Cependant, notre Seigneur a fait une nouvelle promesse à son peuple en Jérémie chapitre 31 en disant: “Je vais abolir la loi. Même si j’ai établi l’alliance de la loi, je ne vous ai jamais vu observer entièrement ma loi, pas une seule fois. Donc je vais abolir cette loi qui ne vous a été d’aucun bénéfice, et à la place je ferai une nouvelle alliance et établirai une autre loi du salut. Avec cette nouvelle loi, je vous sauverai personnellement moi-même par le système sacrificiel de l’eau et de l’Esprit, au lieu de vous appuyer sur vos propres actes selon la loi.” Donc, que le temps du salut est venu, le Seigneur est venu sur la terre en chair, a porté tous les péchés du monde en étant baptisé dans son propre corps, et a versé son sang à la croix. En offrant ainsi à Dieu le sacrifice qui expiait tous les péchés de tout le monde, le Seigneur nous a sauvés nous croyants. Par ce salut de l’eau et de l’Esprit, il a expié tous les péchés de la race humaine entière une fois pour toutes.

La loi de Dieu devait être changée et abolie. Bien que le salut n’ait pu s’obtenir qu’en observant la loi selon la parole de l’Ancien Testament, Dieu savait bien que c’était hors de portée de son peuple. Il est écrit: “Par la loi vient la connaissance du péché” (Romains 3:20). Dieu a dit à son peuple que le salut ne pouvait pas s’obtenir par la loi; il leur a fait réaliser leurs péchés; et ceux qui croient et obéissent à la loi du salut du Seigneur par l’eau et l’Esprit, non la loi des actes, ont reçu de lui le salut. Par cette nouvelle alliance de salut, dans laquelle la race humaine entière est sauvée par l’amour de Dieu – c’est-à-dire par le baptême et le sang de Jésus qui a porté chacun des péchés – Dieu lui-même a délivré la race humaine entière de tous les péchés du monde.

Si vous croyez en Jésus sans comprendre la signification du baptême de Jésus et son sang, alors votre foi en Jésus est en vain. Si vous croyez en Jésus à tort comme cela, votre cœur est encore plus tourmenté. C’est pour cela que Dieu a dit dans ce livre des Hébreux que pour sauver les êtres humains du péché, il n’avait d’autre choix que faire une nouvelle promesse. Mais cette fois, il a promis de sauver tous ceux qui croient en Jésus de tous leurs péchés par la loi juste du salut, celle de l’eau et du sang, au lieu de la loi des actes. Et il a accompli cette promesse. La Bible nous démontre aussi ici combien Jésus est supérieur et distingué en comparaison aux sacrificateurs de l’Ancien Testament selon l’ordre d’Aaron.

Notre foi doit être clairement distincte, d’abord en croyant au salut de l’eau et du sang de Jésus. Un pasteur peut-il être plus grand que Jésus, bien que sa voix ait l’air sainte, qu’il soit éduqué, et qu’il soit distingué par ses belles paroles? Non, bien sûr que non. C’est Jésus lui-même qui nous a sauvés par l’évangile de l’eau et du sang; aucun homme ne peut se sauver lui-même en observant la loi. Tout comme le sacerdoce du salut des péchés a changé, la loi du salut par laquelle Dieu nous sauve de tous les péchés a aussi changé.



La prééminence de l’amour de Dieu


Nous pouvons être sauvés seulement si nous réalisons exactement comment Jésus nous a sauvés et seulement quand nous saisissons et nous confions en la prééminence de l’amour de Dieu. Qu’est, alors, la foi légaliste, et quelle est la foi qui est placée en cette prééminence de l’amour de Dieu? La foi légaliste aujourd’hui est celle qui insiste sur sa propre dénomination, croyance, et expérience, alors que la foi spirituelle est celle qui croit au salut supérieur qui est venu par l’eau et l’Esprit. Ceux qui ont cette foi spirituelle croient correctement au salut de Jésus par l’eau et l’Esprit et vivent toute leur vie entière pour l’évangile.

Même aujourd’hui, il y a beaucoup de chrétiens qui croient et prêchent qu’ils ont été remis seulement de leurs péchés originels, qu’ils doivent chercher le pardon chaque jour pour leurs péchés personnels, et que leurs péchés futurs seront pardonnés en temps voulu. Ces chrétiens qui mènent leur vie de foi selon l’Ancien Testament se confient toujours en la loi de Dieu et la suivent. Comme ils sont toujours ignorants de la prééminence du salut du Seigneur qui est venu par l’eau et l’Esprit, ils mènent leur vie de foi sans connaître la vérité de la régénération.

Même s’il a été dit dans l’Ancien Testament que l’on peut être sauvé seulement par les actes de la loi en observant fidèlement la parole de Dieu, cela n’a pas pu être accompli par quiconque. Puisque notre Dieu nous connaissait si bien, nous humains, et était conscient de la faiblesse de l’homme et son imperfection, il a complètement aboli l’ancienne loi du salut qui demandait à chacun d’observer la loi pour obtenir le salut. Mais personne n’a pu obtenir le salut par la loi. Donc par l’évangile de l’eau et de l’Esprit, Jésus a dit: “Je vous sauverai moi-même de vos péchés par mon eau et le sang.” De plus, Dieu nous a déjà parlé de ce salut dans le livre de la Genèse.

Il est écrit en Genèse 3:15:

“Et je mettrai inimité

Entre toi et la femme,

Et entre ta semence et sa semence;

Il t’écrasera la tête,

Et tu lui mordras le talon.”

Quand Adam et Eve sont tombés dans le péché, Dieu a fait des tuniques de peau avec un animal sacrifié. Deux sortes de vêtements de salut sont mentionnés dans Genèse chapitre 3 – l’un est une couverture de feuilles de figues, et l’autre est la tunique de peau. Laquelle préférez-vous entre la couverture de feuilles de figues et la tunique de peau? Je suis certain que vous préférez les tuniques de peau. Les tuniques de peau sont meilleures parce que la vie d’un animal a été sacrifiée pour ramener l’homme de la mort à la vie. Les couvertures de feuilles de figues ne sont pas bonnes puisqu’on doit continuellement en fabriquer pour couvrir ses péchés et fautes. Les feuilles de figues sont larges avec une forme de main, et tous les vêtements faits avec se déchirent facilement. Dans mon enfance je faisais des habits de feuilles de figues et prétendais être un soldat en jouant dans les champs, mais peu importe combien je les faisais bien, cela se déchirait avant la fin de la journée et j’étais exposé. Par contre, le baptême de Jésus et son sang à la croix, qui constituent ensemble l’amour suprême de Dieu et le salut des péchés, et non la justice d’hommes, ont sauvé la race humaine entière de tous les péchés du monde plus que suffisamment. C’est la prééminence de l’amour de Dieu.



Ceux qui mènent toujours encore une vie de foi légaliste


Quiconque fabrique et porte les couvertures de feuilles de figues de l’Ancien Testament mène une fausse vie de foi. Ces faux chrétiens changent régulièrement de vêtement comme acte de repentance. Comme ces vêtements ne durent pas longtemps, ils doivent encore les remplacer presque chaque jour. Maintenant même, ceux qui pratiquent la foi légaliste fabriquent un nouveau vêtement de feuilles de figues et le mettent à chaque fois qu’ils vont à l’église. Ils disent ensuite à Dieu: “Seigneur, ce méchant pécheur a commis beaucoup de péchés la semaine passée. Seigneur, je crois que tu m’as sauvé en étant crucifié. Veuille effacer mes péchés par ton sang précieux!” Ils font leurs propres vêtements du salut et les portent, puis ils crient: “Merci Seigneur! Alléluia!” Une fois qu’ils rentrent chez eux, ils doivent refaire d’autres vêtements après quelques jours, parce que leurs vêtements sont complètement déchirés. Donc ils prient Dieu: “Seigneur, j’ai péché ces trois derniers jours. Veuille me pardonner.” Ainsi, ils refont leurs propres vêtements de repentance et se couvrent eux-mêmes avec.

D’abord, ils peuvent faire et porter de nouveaux habits tous les quelques jours, mais rapidement, ils se trouvent obligés d’en refaire chaque jour. Comme ils découvrent qu’ils ne peuvent pas vivre selon la parole de Dieu, ils doivent fabriquer et porter de nouveaux vêtements de repentance, disant à Dieu: “Seigneur, j’ai si honte de moi. J’ai encore péché.” Ils invoquent le nom du Seigneur, mais ils trouvent de plus en plus difficile de fabriquer leurs propres vêtements du salut. Lorsque ces gens-là invoquent le nom du Seigneur, ils le font seulement pour confesser leurs péchés à Dieu. Finalement, ils doivent faire de nouveaux vêtements tous les jours. Qu’arrive-t-il quand ils ne tiennent pas le rythme? Ils décident de fabriquer encore un lot de vêtements plusieurs fois par an, en plus des vêtements qu’ils font chaque semaine ou chaque jour. Par exemple, certains peuvent monter sur une montagne pour jeûner et prier, disant à Dieu: “Purifie-moi, Seigneur! Renouvelle-moi! Je crois en toi, Seigneur!” Plutôt que de prier le jour, ils se reposent la journée et prient la nuit, s’appuyant sur un sapin ou se mettant dans une grotte, pour crier à voix haute: “Seigneur, je crois en toi!” Faisant des prières ferventes de repentance, ils pleurent et crient, suppliant le Seigneur de pardonner leurs péchés. De cette façon, ils fabriquent et portent un vêtement de foi particulier. Bien qu’ils pensent que ces vêtements spéciaux faits de prière de jeûne vont durer un moment, en réalité, même ces vêtements-là ne durent pas longtemps.

Après avoir prié comme cela, ils redescendent de la montagne en se sentant rafraîchis et renouvelés, louant le Seigneur sur le chemin du retour et prêts à mener une vie chrétienne vertueuse. Ayant fabriqué et porté des vêtements de foi spéciaux, ils se sentent remplis du Saint Esprit en descendant de la montagne, mais une fois qu’ils rentrent chez eux, retournent à l’église, et rencontrent les membres de l’église, ils sont de nouveau souillés. Leurs amis leur demandent: “Où étais-tu?” “Oh, j’ai visité un endroit.” “Tu sembles avoir perdu pas mal de poids.” “Oui, quelque chose s’est passé en chemin.” Cachant aux autres le fait qu’ils aient jeûné, ils vont à l’église et prient, puis se résolvent à ne plus désirer une femme, ne jamais mentir, ne jamais haïr personne, mais d’aimer tout le monde. Tout cela est louable, mais le problème c’est que lorsqu’ils voient une femme vêtue légèrement dans la rue, leur cœur saint devient vite un cœur envieux. Ils s’émerveillent du point auquel la jupe de la femme est courte, et même s’ils haïssent le fait qu’ils la regardent, ils ne peuvent pas détacher leurs yeux d’elle. Donc ils se retrouvent à demander à Dieu de pardonner leurs péchés envieux de nouveau, lui disant: “Seigneur, j’ai de nouveau péché!”

Mes chers croyants, vous devez réaliser ici que même si une telle foi légaliste peut sembler en un sens sainte, elle ne tient même pas quelques jours, obligeant la personne à fabriquer et porter un nouveau vêtement encore et encore. Vous devez saisir que ce genre de foi légaliste qui fabrique et porte des vêtements de feuilles de figues est la mauvaise foi. Trop de chrétiens pourtant essaient de vivre une vie sainte selon la loi. Perchés au sommet de la montagne, ils crient le nom du Seigneur comme si cela allait rendre leur voix sainte, et quand ils prient pour leur assemblée, ils pleurent et crient en disant: “Oh, notre saint Père, nous avons tous péché la semaine dernière! Veuille pardonner ces pécheurs!” Tous les autres dans l’assemblée se mettent à admirer, pensant: “cet homme est si spirituel! Il doit avoir jeûné et prié à la montagne. Sa foi est si bonne!” Cependant, puisque la foi de ces gens est légaliste, l’arrogance grandit avant même la fin de la prière, et ils finissent par se corrompre par leurs propres pensées en un rien de temps.

Quand quelqu’un fabrique un vêtement spécial, légaliste de feuilles de figues par les prières et le jeûne, cela tient environ deux mois. Après deux mois, c’est un haillon, et donc la personne doit refaire un vêtement chaque jour et recommencer à vivre une vie légaliste et hypocrite. C’est une vie de fausse foi menée en s’appuyant sur les actes légalistes terrestres comme les feuilles de figues. La foi légaliste est la foi des feuilles de figues. Les légalistes disent: “tu as péché la semaine dernière, n’est-ce pas? Repens-toi!” Ils visitent beaucoup d’églises différentes et hurlent à l’assemblée à voix très forte: “Repentez-vous! Priez pour le pardon!” Ayant appris à parler et agir de façon spirituelle, ils disent pieusement à Dieu: “Seigneur, je suis si insuffisant! J’ai manqué de vivre selon ta parole. J’ai manque de vivre selon ta loi.” Ces “chrétiens” qui essaient d’observer la loi chaque jour même s’ils savent eux-mêmes que c’est impossible sont vraiment opposés à Dieu, défiant sa loi, et ne montrant que de l’arrogance devant Dieu.



Un exemple typique de foi légaliste en Corée


Pendant la Guerre de Corée (1950-1953), quand l’armée communiste de Corée du Nord a envahi la Corée du Sud, beaucoup de chrétiens ont été persécutés. Parmi eux, il y avait un homme nommé Chudal Bae, un jeune chrétien qui a été tué pour ses croyances religieuses. Le dimanche, certains soldats de Corée du Nord lui ont ordonné de nettoyer la cour. Mais Bae a refusé de le faire parce qu’il voulait observer le jour du Seigneur. Entendant cela, les soldats étaient encore plus déterminés à lui faire exécuter leur demande et à ce que cela enfreigne sa foi. Mais Bae a refusé d’obéir jusqu’à la fin. Les soldats l’ont alors arrêté et attaché à un arbre. Et pointant leurs armes vers lui, lui ont dit: “Maintenant, est-ce que tu vas nettoyer la cour ou être mis à mort?” Forcé de faire un choix, Bae a dit: “Je ne nettoierai pas la cour ce jour saint même si je dois être mis à mort.” “Bien, si tel est le cas, il vaut mieux que tu ne regrettes pas.” Bae a alors été mis à mort. Plus tard, les dirigeants de la dénomination de Bae l’ont désigné au diaconat à titre posthume pour commémorer sa foi.

Cette foi, mes chers croyants, est complètement fausse. Bae aurait dû nettoyer la cour comme on le lui a demandé et prêcher le salut de Jésus aux soldats; il n’y avait pas lieu d’être borné, pour mourir à la fin. Dieu vous récompense-t-il juste parce que vous ne travaillez pas le jour du Seigneur? Non, ce n’est pas vrai. La foi est quelque chose de spirituel, pas des termes charnels. Mais les dirigeants chrétiens d’aujourd’hui mettent les gens comme le diacre Bae sur un piédestal, et ils font cela juste pour établir et se vanter des idées et de la tradition de leur propre dénomination. Tout comme les Pharisiens dans la Bible devaient s’attacher à leur propre tradition, ces chrétiens déroutés s’opposent à Jésus avec hypocrisie.

Les dirigeants chrétiens en Corée invoquent régulièrement le diacre Bae dans leurs sermons, disant à l’assemblée: “Imitons diacre Bae et observons le jour du Seigneur fidèlement.” La seule raison pour laquelle ils invoquent Bae est de s’assurer que les membres d’église ne manquent pas l’église le jour du Seigneur. Mais je suis certain que vous le savez déjà tous. Nous ne devrions jamais apprendre d’une telle foi légaliste. Plutôt, nous devrions apprendre de la foi spirituelle. “Pourquoi Jésus devait-il être baptisé et crucifié à mort pour nous? Qu’est-ce que l’évangile de l’eau et de l’Esprit? Quel est le vrai évangile?” Ce sont les questions spirituelles que nous devrions nous poser. Tant de chrétiens en Corée et au-delà ne sont pas encore nés de nouveau; pour eux, nous devrions prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit dans le monde toute entier, pour que ces gens naissent aussi de nouveau. Tout notre effort dans notre vie de foi devrait être consacré à ces œuvres spirituelles qui permettent à chaque âme de naître de nouveau spirituellement. Juste croire en Jésus aveuglément ne suffit pas; vous devez croire en Jésus correctement et précisément.

Permettez-moi de vous raconter une autre histoire ici pour illustrer mon propos. Il y a longtemps, il y avait une femme chrétienne mariée à un incroyant. Puisque son mari n’était pas chrétien, et que ses beaux parents n’étaient pas chrétiens non plus, elle avait beaucoup de difficultés à observer le jour du Seigneur. Un samedi soir, pour observer le jour du Seigneur, la femme est allée dans le champ et a récolté tous les grains elle-même. Elle savait que son beau-père lui aurait dit: “Ne vas pas à l’église demain, nous devons récolter le grain” juste pour l’empêcher d’aller à l’église. Donc elle est allée dans le champ seule le samedi soir, a passé toute la nuit à récolter les grains, puis est allée à l’église le lendemain pour observer le jour du Seigneur. C’est effectivement désirable que nous ne manquions pas de rassemblement d’église comme cette femme. Mais le seul fait que quelqu’un observe le jour du Seigneur signifie-t-il nécessairement que la foi de cette personne est authentique? Aux yeux du Seigneur, la vraie foi ne consiste-t-elle pas à croire la parole de Jésus, et recevoir la rémission de tous les péchés en naissant de nouveau par l’eau et l’Esprit? La vraie foi commence quand quelqu’un est né de nouveau.

Pouvez-vous être sauvé si vous croyez en Jésus de façon légaliste? Non. Mon sujet ici n’est pas que vous ne devriez pas vivre vertueusement selon la loi, mais que c’est simplement impossible. Bien sûr, cela ne signifie pas que j’approuve la foi légaliste ici.

Le livre de Jacques dit que si quelqu’un enfreint une seule règle de la loi après avoir tout observé, cette personne est coupable d’avoir enfreint le reste de la loi. Donc si vous croyez en Jésus, vous devez réfléchir à la façon dont vous pouvez naître de nouveau par l’évangile de l’eau et de l’Esprit; vous devez aller à l’endroit où vous pouvez trouver la parole d’évangile de l’eau et de l’Esprit de Jésus; et vous avez besoin d’écouter cette parole de l’eau et de l’Esprit. C’est alors seulement que vous pouvez naître de nouveau et vivre votre foi. Et après avoir mené votre vie de foi comme cela, vous irez vers le Seigneur quand il vous appellera. Ne perdez pas votre temps et votre argent à fréquenter une église impie en vain, pour voir votre âme rester pécheresse et être jetée en enfer. Plutôt, écoutez la parole de l’eau et de l’Esprit de Jésus, naissez de nouveau, et menez une vraie vie de foi.

Réfléchissez attentivement à la raison pour laquelle Jésus est venu sur la terre. Si un ou tous les croyants légalistes de cette terre pouvaient aller au ciel, Jésus ne serait pas venu sur la terre. Vous devez saisir ici qu’après la venue du Seigneur, le sacerdoce qui vous sauve du péché a changé. La foi a changé aussi, de légaliste à spirituelle. Au temps de l’Ancien Testament, le salut était obtenu si l’on observait la loi par ses actes mais pas si l’on manquait de le faire. Aujourd’hui, la vraie foi n’est pas comme cela.

Jésus nous a dit qu’il a sauvé chacun de nous de tous les péchés du monde par l’eau de son baptême, son sang, et l’Esprit. En d’autres termes, il nous a sauvés par la loi du salut de son eau, du sang, et de l’amour. Et il a complètement accompli notre salut par le baptême qu’il a reçu au Jourdain, le sang qu’il a versé à la croix à mort, et sa résurrection. Comme les anciens commandements ne nous sont d’aucun bénéfice, notre Dieu lui-même nous a sauvés de tous les péchés par son baptême et le sang, nous promettant personnellement: “car la loi n’a rien amené à la perfection, et introduction d’une meilleure espérance par laquelle nous approchons de Dieu. Et en tant que [cela n’a] pas [eu lieu] sans serment” (Hébreux 7:19-20). Etre martyr pour défendre sa foi légaliste est vain, alors que la foi qui connaît et croit de tout cœur au vrai évangile de l’eau et de l’Esprit est la vraie foi.

Mes chers croyants, nous devrions tous avoir une foi bénéfique. Quel genre de foi serait bénéfique pour notre âme? Est-ce correct de fréquenter n’importe quelle église et de pratiquer la foi légaliste? Ou est-ce correct pour vous de fréquenter la vraie église qui vous enseigne la parole de l’eau et de l’Esprit, vous aide à croire en cette parole, et conduit votre âme à la nouvelle naissance d’eau et d’Esprit? Quelle église et quel pasteur sera plus bénéfique à votre âme? Tout ce que je demande c’est que vous fréquentiez l’église qui est la plus bénéfique pour votre âme.

Dieu sauvera votre âme à travers quelqu’un qui a la parole d’évangile de l’eau et de l’Esprit. Faites votre sélection attentivement, car votre âme est sous votre propre responsabilité. Les gens vraiment sages sont ceux qui confient leur âme à la parole de Dieu. 



Jésus a été fait sacrificateur avec un serment


Il est écrit en Hébreux 7:20-21: “Et en tant que [cela n’a] pas [eu lieu] sans serment (car ceux-là sont devenus sacrificateurs sans serment, mais celui-ci [l’est devenu] avec serment, par celui qui a dit de lui: “Le Seigneur a juré et ne se repentira pas: Tu es sacrificateur pour l’éternité [selon l’ordre de Melchisédec]”).”

Quand nous lisons le Psaume 110:4, nous voyons la Bible dire: 

“L’Éternel a juré, 

Et il ne se repentira point: 

Tu es sacrificateur pour toujours, 

Selon l’ordre de Melchisédec.”

Le Seigneur Dieu s’est juré à lui-même, nous promettant dans la parole écrite: “Je deviendrai un sacrificateur éternel selon l’ordre de Melchisédec. Le sacrificateur Melchisédec est le roi de justice, roi de paix, et le sacrificateur éternel. Pour votre salut, je deviendrai votre Melchisédec, le sacrificateur éternel.”

Quand Jésus est venu sur la terre, il nous a donné une garantie encore meilleure de ce salut du péché promis (Hébreux 9:21-30). Au lieu de remettre nos péchés par le sang d’un animal sacrifié comme un taureau ou un agneau, Jésus a été baptisé dans son propre corps et a versé son propre sang à la croix, et ainsi a porté tous nos péchés et les a tous expiés.

Dans l’Ancien Testament, quand le souverain sacrificateur mourait, son fils succédait au sacerdoce comme nouveau souverain sacrificateur à l’âge de 30 ans. Donc si le souverain sacrificateur approchait la mort et avait un fils âgé de 30 ans, il transférait son sacerdoce à ce fils. De cette façon, même après la mort du souverain sacrificateur, le sacerdoce était continuellement transmis à ses descendants. Finalement, au temps de David, il y avait tant de descendants d’Aaron que la tribu du sacerdoce a défini un ordre et a administré les sacrifices selon cet ordre. Au commencement, Aaron le souverain sacrificateur avait seulement quelques enfants, mais plus tard, il y avait beaucoup de descendants. Comme tous les descendants d’Aaron avaient la responsabilité et le droit de pratiquer le sacerdoce, ils passaient chacun leur tour au service comme sacrificateur, comme c’est écrit dans l’évangile de Luc: “Or il arriva, pendant qu’il exerçait la sacrificature devant Dieu dans l’ordre de sa classe, que, selon la coutume de la sacrificature, le sort lui échut d’offrir le parfum en entrant dans le temple du Seigneur” (Luc 1:8-9).

Jésus est maintenant devenu une garantie éternelle et encore meilleure du salut des pécheurs. Le Seigneur a complètement accompli le salut annoncé par Dieu par l’eau et l’Esprit. Il a donné la possibilité à tout le monde de naître de nouveau. Les descendants d’Aaron dans l’Ancien Testament étaient toujours inappropriés et toujours imparfaits. Quand un sacrificateur mourait, son fils succédait au sacerdoce, mais les sacrifices offerts par ces sacrificateurs ne pouvaient pas faire qu’une âme naisse entièrement de nouveau. Aucune foi basée sur la loi ne peut rendre quelqu’un parfait pour toujours comme il est écrit: “Car il n’est pas possible que le sang des taureaux et des boucs ôte le péché” (Hébreux 10:4).

Cependant, notre Seigneur est venu sur la terre au temps du Nouveau Testament. Et il n’y avait pas besoin que le Seigneur remette nos péchés continuellement. C’est parce que le Seigneur vit éternellement. A travers son baptême, le Seigneur a porté pour toujours tous nos péchés une fois pour toutes, et en abandonnant son corps à la croix et versant son sang à mort, il a pour toujours rendu parfaitement libre de toute péché quiconque croit au salut de l’eau et du sang accompli par le Seigneur. Il a amené le salut à chacun, pour que tous puissent être sauvés éternellement de tout péché une fois pour toutes en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Et comme le Seigneur est vivant maintenant même, il est assis à la droite du trône de Dieu le Père, et il garantit notre salut devant le Père et plaide notre cause, disant au Père: “Père, même si ces gens sont pleins de manquements, ils croient en moi. N’ais-je pas porté tous leurs péchés par mon baptême et le sang?” Notre Seigneur est le souverain sacrificateur éternel du salut.

Quand le sacrificateur terrestre mourait, son fils devenait sacrificateur, mais c’était imparfait et il n’y avait pas de fin aux offrandes sacrificielles. Par contre, comme notre Seigneur est vivant pour toujours, il a accompli la rémission éternelle des péchés en venant sur la terre d’Israël, étant baptisé, et versant son sang à la croix, pour nous sauver des péchés du monde. Il est écrit: “Or s’il y a rémission de ceux-là, il n’y a plus d’offrande pour le péché” (Hébreux 10:18). Le Seigneur garantit toujours notre salut de régénération. Qu’en est-il de vous alors? Etes-vous né de nouveau par la parole d’évangile de l’eau et de l’Esprit de Jésus?

Hébreux 7:26 dit: “Car un tel souverain sacrificateur nous convenait, saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux.” Plus loin il est aussi écrit: “Car la loi établit pour souverains sacrificateurs des hommes qui sont dans l’infirmité, mais la parole du serment, qui est après la loi, [établit] un Fils qui est consommé pour l’éternité” (Hébreux 7:28).

Ce que j’essaie de dire ici c’est que notre salut n’est pas venu par la loi, ni ne s’obtient par nos propres actes vertueux, et encore moins par le biais d’un homme imparfait. Plutôt, Jésus parfait et sans défaut a accepté les péchés du monde une fois pour toutes à travers son baptême d’eau; il a été condamné pour tous ces péchés en versant son sang à la croix une fois pour toutes afin de rendre ses croyants sans péché; et nous avons maintenant ce Sauveur de notre côté, qui est aussi notre souverain sacrificateur céleste. Croyez-vous alors en Jésus? Ce n’est pas à travers la loi que le Seigneur nous a sauvés, mais c’est par son baptême et le sang que Jésus nous a sauvés pour toujours de tous les péchés du monde. Croyez-vous cela? Quiconque croit en cette vérité sera sauvé, mais quiconque ne croit pas sera condamné à l’enfer.

La vraie foi s’obtient en apprenant la Bible sur la base de la parole de l’eau et de l’Esprit. Jésus, qui est notre souverain sacrificateur éternel du royaume des cieux est devenu notre sauveur éternel par le baptême qu’il a reçu et le sang qu’il a versé à la croix.



La juste compréhension de la foi


Mes chers croyants, avant que vous ne croyiez en Jésus aveuglément, vous devez d’abord saisir quelle est la bonne façon de croire en lui. Que signifie croire en Jésus spirituellement et correctement? Cela signifie croire en la parole d’évangile du baptême de Jésus et de son sang, la parole par laquelle le Seigneur nous a sauvés des péchés du monde. C’est la bonne façon de croire en Jésus. Ceux qui croient à 100 pour cent en l’œuvre du baptême de Jésus et son sang sans ajouter aucune œuvre d’eux-mêmes sont ceux qui croient en Jésus correctement et véritablement. Qu’en est-il de vous alors? Vous croyez tous en Jésus, mais quel est votre état spirituel? Même si vous croyez en Jésus, ne vous confiez-vous pas encore en votre propre force en vous appuyant sur votre propre effort, essayant de rassembler tout ce que vous pouvez pour édifier votre propre foi?

Bien que je n’aie pas mené ma vie de foi si longtemps, il y a temps où je luttais immensément à propos de ma foi légaliste pendant environ dix ans. C’était une période sombre et morne de ma vie. Rien qu’y penser me donne mal à la tête. Ma femme est ici avec nous, mais elle était aussi tellement légaliste que lorsque je demandais à faire quelque chose le jour du Seigneur, elle le refusait en disant qu’elle devait observer le jour du Seigneur. Elle ne faisait même pas la lessive, et encore moins sortir pour se réjouir. Elle laissait tout pour le lundi. Mais en réalité, j’étais encore plus légaliste que ma femme. C’était vraiment une grande lutte pour moi d’observer le jour du Seigneur. Je me souviens d’avoir mis tant d’effort à observer le jour du Seigneur au lieu de me reposer, je devenais même encore plus fatigué.

Mes chers croyants, croire en Jésus véritablement c’est croire en sa parole, que Jésus a remis tous nos péchés par son baptême et le sang de la croix. Ceux qui croient que Jésus est à la fois Dieu et homme, et qui croient en son œuvre d’expiation, son baptême et son sang, et tout le reste qu’il a fait pour nous sur la terre – ce sont les croyants les plus corrects et fidèles.

Que signifie croire en Jésus correctement alors? Cela signifie croire au baptême de Jésus et son sang. Combien c’est simple et facile? Si c’est ce que le Seigneur nous a dit, alors lorsqu’un pasteur prêche pour vous, tout ce que vous devez faire c’est vérifier pour voir si ce que le pasteur prêche se trouve dans la parole de Dieu, et si c’est le cas, alors dites amen et croyez. C’est ce que signifie croire correctement et précisément. Quand la Bible dit: “Par la loi vient la connaissance du péché” (Romains 3:20), vous devriez juste dire: “Merci, Seigneur! Je vois maintenant que le salut ne s’obtient pas par mon propre effort! Jusqu’à ce jour j’ai essayé d’observer la loi en pensant que c’était bon et devait être observé, mais j’ai maintenant réalisé qu’essayer d’observer la loi est la fausse foi. Je sais maintenant que la loi ne peut pas être observée complètement! Tu m’as donné la loi pour que je reconnaisse mon cœur souillé et impur, mes actes sales, et mes péchés. Merci, Seigneur! Dans mon ignorance, j’ai constamment essayé d’observer la loi fidèlement. Veuille me pardonner d’avoir défié ta perfection. Maintenant je crois que tu as expié tous mes péchés et m’as sauvé en étant baptisé et versant ton sang pour moi.” Ainsi, vous devez être honnête devant Jésus et croire en lui de tout cœur. Vous devez croire la parole écrite de Dieu dans sa globalité sans aucune réserve. C’est alors seulement que vous pouvez vraiment naître de nouveau.

Que signifie avoir la foi correcte en Jésus? La foi est-elle quelque chose que vous arrangez en chemin? Est-ce une sorte de religion? Non, bien sûr que non! La religion est quelque chose que vous avez fabriqué vous-même. Cela consiste à faire votre propre dieu et édifier votre propre foi. Fixer votre propre but et courir vers celui-ci – c’est ce en quoi la religion consiste.

Qu’est-ce que la foi alors? En chinois, le mot “foi” est composé de deux caractères, l’un désignant la croyance, et l’autre désignant la révérence. La vraie foi consiste à croire en l’œuvre de salut que Jésus a accomplie sur la terre en venant sur la terre et étant baptisé pour porter tous nos péchés pour notre salut, révérer le sang que Christ a versé à la croix, et accepter simplement cette œuvre de salut dans notre cœur par la foi. C’est la vraie foi. C’est ce qui différence la foi d’une simple religion. Et votre foi est acceptable pour Dieu si vous pouvez faire clairement cette distinction.

Les légalistes d’aujourd’hui qui ne sont pas nés de nouveau enseignent que l’on doit croire en Jésus et vivre vertueusement. Mais le seul fait que les actes de quelqu’un soient vertueux signifie-t-il que la personne croit en Jésus correctement? Bien sûr, tout le monde devrait effectivement vivre vertueusement. Après tout, y a-t-il quelqu’un qui vive une vie plus droite que nous les justes? Le problème, cependant, c’est que ce sont les pécheurs à qui l’on dit de vivre vertueusement. Etant donné le fait ces pécheurs ne sont pas nés de nouveau, et qu’il y ait douze sortes de péchés dans leur cœur, comment pourraient-ils donc mener une vie droite? Alors qu’ils peuvent saisir dans leur tête qu’ils doivent vivre vertueusement, leur cœur n’est pas assez établi pour vraiment pratiquer cet enseignement. Pour ces pécheurs chrétiens, le fait qu’ils doivent vivre vertueusement quand ils sortent de l’église est à peine plus qu’une déclaration théorique, parce qu’ils commettent tous le péché instinctivement.

Donc, nous devons déterminer dans nos pensées si nous allons mener une vie légaliste de foi en vain, ou obtenir le salut en croyant au baptême et au sang du Seigneur Jésus Christ, le souverain sacrificateur éternel du salut qui est descendu du royaume des cieux. Réalisons que ceux qui croient en Jésus véritablement ont le souverain sacrificateur céleste de leur côté; soyons donc pour toujours sauvés de tous les péchés en saisissant et croyant au baptême de Jésus et son sang qui ensemble constituent le vrai salut; et menons tous une vraie vie de foi jusqu’à ce que nous entrions dans le royaume des cieux.



Ceux qui sont nés de nouveau n’ont pas peur de la fin du monde


Si quelqu’un croit en Jésus véritablement et que son âme est née de nouveau, il n’aura jamais peur de la fin du monde. Ce sont ceux qui ne sont pas nés de nouveau qui ont peur de la fin du monde. Beaucoup de prophètes de malheur disent que le monde s’arrêtera à telle et telle date, mais ceux qui sont vraiment nés de nouveau prêchent l’évangile du ciel et mènent une vie juste même en ces temps de la fin. Aussi longtemps que nous passons nos jours restants dans ce monde à prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit, tout ce que nous avons besoin de faire pour nous préparer à la fin de ce monde c’est croire en cette parole d’évangile dans notre cœur, peu importe quand le Seigneur revient. Quand le fiancé viendra, tout ce que nous aurons à faire c’est l’accueillir, lui disant: “Seigneur, je suis si heureux que tu sois là! Bien que je sois plein de manquements, tu m’as sauvé par ton amour. Merci, Seigneur! Je suis si désolé et honteux de mes manquements, mais tu es toujours mon Sauveur.” Jésus est le Fiancé des justes qui sont sauvés. C’est le Fiancé qui a aimé sa fiancée le premier; ce n’est pas parce que la fiancée a aimé le Fiancé qu’ils se sont mariés. Bien sûr, sur la terre c’est assez commun, mais quand il s’agit du mariage céleste avec Jésus, ce n’est pas le cas. C’est grâce à l’amour du Fiancé et son salut que l’on se marie à Jésus, indépendamment des défauts de la fiancée. C’est la règle du mariage du royaume des cieux.

Le seul fait que la fiancée dise au Fiancé “Je t’aime” ne suffit pas à ce que le Fiancé ne dise “Je suis si touché que tu m’aimes. Moi aussi, je t’aime.” Le Fiancé sait tout de la fiancée. Le Fiancé a porté les péchés de la fiancée par son baptême et l’a choisie comme épouse en versant son sang précisément parce qu’il avait tant compassion d’elle, et puisque l’objet de son amour était un pécheur, de sorte qu’elle ne soit pas jetée en enfer.

Notre Seigneur n’est pas venu comme descendant d’Aaron sous la loi. Il n’est pas venu offrir un sacrifice en faisant couler le sang d’un animal comme le souverain sacrificateur terrestre, ni n’a accompli un tel sacerdoce terrestre. Il n’y avait pas besoin que notre Seigneur ne fasse de telles choses, puisqu’il y avait déjà d’innombrables Lévites et descendants d’Aaron sur la terre pour administrer les sacrifices terrestres.

En réalité, la substance véritable du système sacrificiel de l’Ancien Testament est Jésus lui-même. La Bible déclare que le système sacrificiel de la loi est l’ombre des bonnes choses à venir et n’est pas la vraie substance (Hébreux 10:1). Avec la venue de Jésus, la substance du système sacrificiel a été révélée sur la terre. Jésus suivrait-il alors son ombre? Non, l’ombre suit le mouvement de la substance. Est-ce que cela aurait du sens que la substance suive l’ombre? C’est intenable. Quand notre Seigneur est venu sur la terre, il n’a pas littéralement administré de sacrifice dans le sanctuaire comme Aaron l’a fait. Cependant, Jésus a offert son propre corps à Dieu pour tous les pécheurs à travers le baptême et le sang, et à la croix, il a accompli le salut parfait qui délivre tout pécheur de tout péché.

Mes chers croyants, en tant que ceux qui croient au baptême de Jésus et son sang, notre rémission des péchés est complètement assurée. Il n’y a pas de question du tout sur le fait que lorsque Jésus est venu sur la terre, il a accompli son œuvre de salut pour nous. Si vous n’êtes pas certain de cela, vous pouvez toujours vous demander quand exactement Jésus vous a sauvé, quand il a expié vos péchés présents, quand il a expié vos péchés futurs, et quand il a expié vos péchés passés. Mais notre Seigneur ne nous a pas sauvés en des termes si incertains. Il nous a sauvés de tous les péchés absolument et sans aucun doute. Jésus est le chemin, la vérité, et la vie, et ce Seigneur est venu sur cette terre et nous a sauvés absolument certainement, par son baptême d’eau, le sang, et la résurrection.



L’Ancien Testament est la préfiguration de Jésus dans le Nouveau Testament


L’Ancien Testament est l’ombre du Nouveau Testament. Bien que le sacerdoce de notre Signeur n’ait pas été celui du souverain sacrificateur terrestre comme les descendants d’Aaron, il a reçu un service encore meilleur en tant que souverain sacrificateur éternel du royaume des cieux devant Dieu le Père. Puisque personne sur cette terre ne peut observer la loi, tout le monde est pécheur, et donc il est absolument impossible à qui que ce soit de devenir juste en observant la loi donnée par Dieu. C’est pour cela qu’il était nécessaire que Dieu fasse une autre demande. Ayant envoyé son Fils sur la terre, Dieu le Père a demandé à tous les gens de par le monde d’avoir foi au salut du baptême, du sang, de la mort, et de la résurrection de son Fils. Et il a fixé une nouvelle loi du salut disant que quiconque croit au baptême et au sang de son Fils peut être remis de tous ses péchés sans faute. C’est la deuxième alliance.

La deuxième alliance nous demande d’avoir foi en la parole d’évangile de l’eau et de l’Esprit. Dieu ne demande plus d’actes vertueux de notre part, ni ne nous demande de vivre d’une certaine manière pieuse, mais il nous demande plutôt ceci: “Crois-tu que mon Fils t’a sauvé en étant baptisé et versant son sang? Crois-tu au salut que mon Fils a accompli pour toi en recevant le baptême et versant son sang à la croix?” Nous devons tous répondre que nous croyons effectivement cela.

Dans la Bible, la maison de Juda désigne la tribu royale. David était de cette lignée royale. La tribu de Juda représentait aussi le peuple d’Israël. La tribu de Lévi, par contre, était la tribu sacerdotale. Et chaque tribu avait une tâche particulière. Ainsi, Dieu a promis à la maison de Juda que Jésus allait naître dans cette tribu. Ce que Dieu a promis à la maison de Juda était une promesse faite à la race humaine entière. A travers son baptême, sa mort à la croix, et sa résurrection, notre Seigneur a complètement accompli le salut de toute l’humanité de chacun de tous les péchés.



Vos péchés ne sont pas expiés en faisant des prières de repentance


Jérémie 17:1 explique où vos péchés sont inscrits, et il déclare qu’ils sont inscrits à deux endroits: “Le péché de Juda est inscrit avec une pointe de fer; avec une pointe de diamant il est gravé sur les tables de leur cœur, et sur les cornes de vos autels.” Comme le passage le montre ici, l’un des deux endroits où vos péchés sont inscrits est votre propre cœur. C’est ainsi que vous savez que vous êtes un pécheur. Mais vous ne connaissez pas vos péchés avant de croire en Jésus. C’est parce que la loi donnée par Dieu n’est pas dans votre cœur. Donc indépendamment que vous croyiez correctement en Jésus ou pas, une fois que vous croyez en lui, au moins vous réalisez que vous êtes pécheur devant Dieu le Père et Jésus.

Certains chrétiens prennent beaucoup de temps avant de voir et réaliser leur être pécheur; pour certains, cela prend le temps d’une décennie pour dire enfin: “Je suis pécheur. Je pensais que j’avais reçu la rémission des péchés, mais je suis toujours pécheur.” D’abord, ces chrétiens se réjouissaient de croire en Jésus, mais après avoir cru en Jésus pendant dix ans, ils finissent par dire: “Seigneur, je suis un pécheur.”

Qu’est-ce qui explique cela? C’est parce que ces gens ont finalement vu leurs péchés et défauts à travers la loi de Dieu. Bien qu’ils croient en Jésus, ils ne sont pas nés de nouveau, et donc Dieu a écrit tous leurs péchés sur les tables de leur cœur. Donc leurs péchés n’ont pas disparu mais restent intacts sur les tables de leur cœur, et par conséquent, ils sont devenus des pécheurs chrétiens. C’est seulement après avoir cru en Jésus pendant 5, 10 ans qu’ils finissent par réaliser le fait qu’ils sont des pécheurs chrétiens. Cela leur a pris aussi longtemps pour reconnaître leurs péchés, savoir qu’ils sont pécheurs, et réaliser que tout comme ils étaient pécheurs avant de croire en Jésus, ils restent pécheurs même après avoir cru en Jésus. Cela montre combien l’homme est insensible au péché.

Pour certains chrétiens, cela prend encore plus de temps pour réaliser qu’ils sont pécheurs – 30 ans pour certains, 50 ans pour d’autres, et la vie entière pour d’autres encore – et admettre: “Seigneur, quand je n’avais pas la loi ni tes commandements, j’étais bien. Mais plus j’ai connu la loi, plus je suis devenu pécheur, comme l’apôtre Paul a dit: “Quand le commandement est venu, le péché s’est ranimé et je suis mort. Et les commandements qui devaient amener la vie se sont trouvés amener la mort” (Romains 7:8-10). J’étais confiant pour observer ta parole, mais maintenant que je regarde ma vie, je vois que loin d’observer ta loi, j’ai péché chaque jour. Seigneur, bien que je croie en toi, je suis toujours pécheur.”

Ce sont les péchés de quelqu’un qui l’empêchent de vivre selon la parole de Dieu. Les péchés de chacun sont inscrits dans son cœur. Puisque Dieu a inscrit chaque péché sur la table du cœur, quand un pécheur chrétien invoque le nom du Seigneur et s’incline pour prier, ses péchés débordent du cœur et sa conscience lui dit: “Salut toi, tu as commis ces péchés, n’est-ce pas?”

“J’ai déjà été remis de cela il y a deux ans.”

“Pourquoi t’en souviens-tu alors, et pourquoi ces péchés sortent-ils pour t’embêter comme cela? Quand as-tu reçu la rémission?”

“De quoi parles-tu? Et pourquoi dis-tu de telles choses tristes?”

Sa conscience lui dit alors: “Dieu a inscrit tes péchés dans ton cœur, donc tu ne peux nier tes péchés. Tu renies Dieu sinon. Ne sois pas si prétentieux; tu es pécheur.”

“Non, je ne le suis pas!”

Et ainsi un pécheur chrétien se trouve obligé de demander pardon à Dieu pour des péchés commis il y a deux ans, disant: “Seigneur, veuille me pardonner. En dépit de mon effort, je suis tourmenté par les péchés qui sont inscrits sur la table de mon cœur. Quand je pense à ce qui s’est passé il y a deux ans, je suis plein de regrets, mais je ne peux changer le fait que j’aie péché. Je n’aime pas ressortir cela, mais j’ai péché devant toi.”

Mais un péché est-il remis juste en faisant des prières de repentance avec des paroles vides? Sans la vérité de l’évangile de l’eau et de l’Esprit, aucun péché n’est enlevé, car les péchés de chacun sont inscrits sur la table de son cœur avec une pointe de fer. Donc, la rémission des péchés s’obtient par la vérité de la parole de l’eau et de l’Esprit. Et l’on est sauvé seulement si l’on croit au baptême de Jésus et son sang qui constituent ensemble le vrai évangile.



A travers l’évangile original, le Seigneur a promis de devenir notre Sauveur


Notre Dieu a fait une nouvelle promesse à la race humaine entière, disant: “Si vous croyez en moi, je deviendrai votre Sauveur. Je vous délivrerai des péchés du monde à la perfection par l’eau et le sang. Quiconque croit en moi, je le couvrirai de ma grâce.” Il nous a donné une alliance nouvelle et parfaite. Croyez-vous en cette nouvelle alliance de Dieu? Vous êtes remis de tous vos péchés et né de nouveau en croyant en la parole de vérité promise par Dieu de tout votre cœur, et en croyant en l’œuvre de salut promise et accomplie par Jésus sur la terre à travers son eau et le sang.

Vous ne pouvez pas faire confiance à un docteur qui ne peut pas poser le bon diagnostic. Le diagnostic doit être correct pour que le docteur vous donne la bonne prescription. Il y a toutes sortes de médicaments miracles de nos jours, mais vous ne pouvez en utiliser aucun avec confiance si votre docteur ne peut même pas poser le bon diagnostic. Aussi longtemps que votre docteur pose le bon diagnostic, il y a plein de médicaments pour vous aider. Mais si le diagnostic de votre docteur est mauvais, alors tout ce que vous retirez du médicament prescrit ce sont des effets secondaires peu importe combien le médicament est bon.

De même, quand il s’agit de croire en Jésus, c’est absolument indispensable que votre état spirituel soit diagnostiqué correctement sur la base de la parole de Dieu. Quand un médecin spirituel parle avec vous et vous diagnostique avec la parole de vérité, il peut facilement dire clairement quels éléments vous affligent et comment vous menez votre vie de foi. Ces médecins spirituels peuvent conduire tout membre d’église à naître de nouveau sans aucune exception. Tout membre de l’assemblée devient juste à 100 pour cent. Par contre, ceux qui sont conduits par de faux médecins spirituels ne savent même pas comment recevoir la rémission des péchés. Ce n’est pas le vrai salut des péchés. Si un pasteur prétend être disciple de Jésus, alors il devrait au moins être en mesure de traiter du sujet de la régénération spirituelle et résoudre le problème de péché de son assemblée. Le pasteur devrait alors aider l’assemblée à résoudre les différents soucis de foi conduit par le Saint Esprit. Les éléments physiques ne devraient pas être l’accent d’un ministère; si un membre d’église est malade, le pasteur devrait juste lui conseiller d’aller voir le docteur. Mais quand un membre d’église demande un conseil spirituel, le pasteur est obligé d’apporter le bon diagnostic spirituel et de discerner si la personne est un pécheur ou une personne juste.

Jésus est venu sur la terre pour expier les péchés du monde, et dans ce but il a été baptisé et crucifié à mort. Cette œuvre de salut n’était-elle pas suffisante pour que nos péchés restent encore intacts? Non, bien sûr que non. Il a effacé tous vos péchés par l’œuvre de l’évangile de l’eau et de l’Esprit. L’évangile c’est de la dynamite. La dynamite est si explosive que l’on peut facilement supprimer un bâtiment sans laisser de trace. Une bombe nucléaire peut souffler une énorme montagne et la réduire en poussière et même brûler l’atmosphère. Ce que Jésus a accompli sur la terre n’est autre qu’un tel évangile puissant, l’évangile de l’eau et de l’Esprit. C’est de la dynamite. Avec ce vrai évangile de l’eau et de l’Esprit, Jésus a complètement éradiqué tous les péchés de tous ses croyants.



Dieu nous a promis qu’il ne se souviendrait plus jamais de nos péchés ni de nos actes d’iniquité


Il est écrit en Hébreux 8:10-12: “Car c’est ici l’alliance que j’établirai pour la maison d’Israël après ces jours-là, dit le Seigneur: En mettant mes lois dans leur entendement, je les écrirai aussi sur leurs cœurs, et je leur serai pour Dieu, et ils me seront pour peuple, et ils n’enseigneront point chacun son concitoyen et chacun son frère, disant: Connais le Seigneur; car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux; car je serai clément à l’égard de leurs injustices, et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités.” Amen. Notre Seigneur a dit qu’il sauverait tout le monde à la perfection, du moindre au plus grand.

Dans l’Ancien Testament, le souverain sacrificateur entrait dans le sanctuaire une fois par an. Après avoir posé ses mains sur un bouc pour transférer les péchés des gens, le souverain sacrificateur prenait son sang et le mettait dans le sanctuaire de Dieu, et il aspergeait de sang le propitiatoire sept fois. C’est ainsi que les péchés des Israélites étaient remis dans l’Ancien Testament, et donc le peuple d’Israël ne pouvait pas ignorer le système sacrificiel, car sa substance n’avait pas encore été révélée. Cependant, l’Ancien Testament a été aboli une fois que sa substance est arrivée. Cela ne signifie pas que la parole de l’Ancien Testament ait été entièrement abolie, mais cela signifie que le système sacrificiel de l’Ancien Testament est devenu obsolète.

En Israël, des gens tuent toujours des taureaux et des agneaux pour chercher la rémission de leurs péchés. Mais cela fait déjà près de 2000 ans que Jésus a reçu le baptême de la rémission des péchés au Jourdain puis est mort à la croix. Près de 2000 ans se sont écoulés depuis que notre Seigneur a résolu tous les problèmes de chacun des péchés. Dieu aurait-il alors laissé de côté le problème des péchés des Israélites pour ne pas le résoudre? Non, il a effacé les péchés de toute personne dans ce monde. En dépit de cela, aujourd’hui même les gens d’Israël tuent encore des taureaux et des agneaux. Un jour dans l’avenir, le peuple d’Israël rebâtira le temple à Jérusalem, à l’emplacement de l’ancien temple. Ils y restaureront le système sacrificiel. Alors l’histoire humaine touchera à sa fin.

Toute la parole de l’Ancien Testament est une analogie pour montrer la vraie substance du Nouveau Testament. Une analogie est utilisée pour expliquer quelque chose de réel en l’illustrant avec quelque chose d’imaginé. Par exemple, une parabole utilise une histoire fictive pour que l’auditeur puisse facilement comprendre le message à faire passer.

A travers le système sacrificiel établi par Dieu dans l’Ancien Testament, notre conscience ne peut pas devenir parfaite. Pour que les gens de l’Ancien Testament reçoivent la rémission des péchés, ils devaient amener un agneau, poser les mains sur sa tête, et le tuer, mais cela ne pouvait pas les rendre parfaits pour toujours. Qu’ais-je dit qu’était la signification de l’imposition des mains? Cela signifie “transférer quelque chose.”

Le mot Lévi signifie “unité,” et cela implique le fait que pour que Dieu s’unisse à nous humains, nous devons être saints. Que devaient faire les Israélites pour être unis à Dieu? Ils devaient apporter un animal à sacrifier et transférer leurs péchés dessus en posant les mains sur sa tête. Et ils devaient couper sa gorge, prendre le sang, mettre ce sang sur les cornes de l’autel des holocaustes, et l’offrir à Dieu en brûlant la chair avec la graisse sur l’autel à leur place. C’est grâce au sacrifice de cet animal que les Israélites étaient remis de leurs péchés. Cependant, à travers ce système sacrificiel dans lequel la rémission des péchés se recevait en offrant un agneau ou un bouc jour après jour, les Israélites ne pouvaient pas être entièrement purifiés dans leur conscience.

De nos jours, aucun taureau ou agneau n’est tué comme sacrifice. Cependant, il y a toujours beaucoup de chrétiens qui pratiquent la foi légaliste, qui revient à tuer un agneau ou un taureau. Ils prient Dieu: “Seigneur, veuille me pardonner. J’ai péché. Veuille pardonner mes péchés. Je ne peux pas expier mes péchés. Ils sont si tenaces qu’ils ne veulent pas disparaître de mon cœur. Seigneur, je te supplie d’enlever tous les péchés de mon cœur. Peu importe comment tu le fais tant que tu les expies tous. J’ai jeûné pendant 20 jours pour essayer d’enlever ces péchés, mais ils sont toujours dans mon cœur. En feras-tu la rémission seulement si je jeûne pendant 40 jours?”

Beaucoup de gens sont morts en jeûnant et priant pendant 40 jours. Mais pouvez-vous expier les péchés de votre cœur juste en jeûnant et priant? Non, c’est impossible! Personne ne peut complètement expier aucun de ses péchés par ces offrandes du jeûne et prière; la conscience de quelqu’un ne le lui permet pas. Les péchés qui sont dans votre cœur ne peuvent s’enlever en suppliant, ni en demandant à Dieu de les brûler, mais seulement en croyant en la parole d’évangile de l’eau et de l’Esprit.

Tous les péchés sont remis seulement en croyant en la parole de l’évangile de l’eau et de l’Esprit de Dieu; il est absolument impossible d’expier les péchés de son propre cœur en faisant des prières de repentance ou jeûnant. Personne n’en est capable. C’est absolument hors de portée. Le système sacrificiel de l’Ancien Testament et ses sacrifices quotidiens nous sont montrés par Dieu seulement jusqu’à ce que cela ne soit réformé par Jésus dans le Nouveau Testament. C’est pour cela que le Seigneur a dit dans sa parole écrite: “Mais Christ étant venu, souverain sacrificateur des biens à venir, par le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas fait de main, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création, et non avec le sang de boucs et de veaux, mais avec son propre sang, est entré une fois pour toutes dans les lieux saints, ayant obtenu une rédemption éternelle” (Hébreux 9:11-12).

Pour faire la rémission de tous nos péchés, Jésus a pris tous les péchés du monde sur son corps sans défaut et les a portés en étant baptisé au Jourdain, et ayant pris la pleine responsabilité de chacun des péchés, il est mort à la croix pour nous, et il nous a ainsi sauvés par son propre sang, non le sang des sacrifices de boucs, taureaux, ou agneaux. Maintenant, étant donné le fait que Jésus a porté tous les péchés du monde au Jourdain par son baptême, y a-t-il quelque chose dans notre conscience qui nous empêche de venir dans la présence de Dieu en nous confiant en Jésus? Non, il n’y a rien qui nous empêche d’approcher Dieu, aussi longtemps que nous croyons véritablement en lui. Le baptême de Jésus était une étape nécessaire pour qu’il porte les péchés du monde, et son sang a été versé en conséquence.

Quand Jésus a-t-il pris nos péchés? Il les a portés quand il a été baptisé comme premier acte de sa vie publique. La toute première chose que Jésus a faite quand il a commencé son ministère public sur la terre était de recevoir le baptême. Comme vous le savez tous, Jésus a été baptisé par Jean Baptiste, mais Jean a d’abord refusé. Il est écrit en Matthieu 3:13-15: “Alors Jésus vient de Galilée au Jourdain auprès de Jean, pour être baptisé par lui; mais Jean l’en empêchait fort, disant: Moi, j’ai besoin d’être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi! Et Jésus, répondant, lui dit: Laisse faire maintenant, car ainsi il nous est convenable d’accomplir toute justice. Alors il le laissa faire.” Ici, Jésus explique la raison pour laquelle il a été baptisé par Jean Baptiste: “Car ainsi il nous est convenable d’accomplir toute justice.” En d’autres termes, il convenait que Jean Baptiste baptise Jésus et que Jésus reçoive ce baptême, pour accomplir ainsi l’œuvre juste de transfert de tous les péchés du monde sur Jésus. Autrement dit, Jésus disait qu’il convenait que lui expie tous nos péchés justement en étant baptisé. C’est ce que le passage signifie ici: il convenait que Jésus soit baptisé et expie ainsi tous nos péchés justement.

Mes chers croyants, notre Seigneur est venu sur la terre pour faire l’expiation des péchés commis sous la loi de la première alliance. En d’autres termes, il est venu pour expier tous les péchés qui violaient la loi. Et étant venu sur la terre, notre Seigneur a été baptisé par Jean Baptiste puis est mort à la croix à la place des croyants, pour accomplir la promesse du salut éternel et donner les bénédictions célestes à tous ceux qui sont appelés par Jésus. Et il est ressuscité des morts après trois jours, est monté au ciel, et s’est assis à la droite du trône dans le royaume de Dieu le Père.

Il est écrit: “Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur intervienne; car un testament est valide lorsque la mort est intervenue, puisqu’il n’a pas de force tant que le testateur vit” (Hébreux 9:16-17). Tout testament est efficace seulement quand la personne qui a donné ce testament est morte. Effectivement, même si un père a préparé un testament, cela n’a pas d’effet sur ses enfants aussi longtemps qu’il est en vie. Mais une fois que le père est mort, son testament devient efficace pour tous ses enfants qui lui survivent. De même, Jésus nous a promis qu’il viendrait sur la terre et nous sauverait par son propre corps, disant: “Je viendrai vous sauver. J’expierai moi-même tous vos péchés par mon baptême, ma mort à la croix, et ma résurrection. Je vais vous sauver parfaitement de tous les péchés du monde. Je vais faire de vous mon peuple. Par l’eau et l’Esprit, je vais vous délivrer des mauvais plans du diable, de la mort, et de la malédiction du péché.”

Comment, alors, le Seigneur a-t-il accompli cette promesse? Pour tenir cette promesse, notre Seigneur a été conçu par le Saint Esprit dans le ventre de la vierge Marie, et il est né sur la terre incarné dans la chair d’un homme. Le fait que Jésus soit né sur la terre dans la chair humaine signifie que le Dieu saint lui-même est devenu un homme. Jésus a alors mené une vie privée pendant ses premiers 29 ans. Et la toute première chose qu’il a faite dans sa vie publique pour nous sauver des péchés du monde était d’être baptisé par Jean Baptiste au Jourdain.

Pourquoi Jésus a-t-il été baptisé? C’est pour porter tous nos péchés et tous les péchés du monde. Pourquoi Jésus devait-il mourir à la croix alors? Parce qu’il avait porté tous nos péchés par son baptême, il devait verser son sang à la croix pour porter toute la condamnation de nos péchés. En faisant toutes ces choses, comme Jésus est ressuscité des morts après trois jours et monté à la droite du trône de Dieu le Père, il a sauvé tous ceux qui croient en lui.

Que signifie l’ascension de Jésus au ciel? Cela signifie qu’ayant accompli toute son œuvre de salut comme il l’avait promis, et étant monté au ciel, notre Seigneur a accompli la nouvelle alliance faite pour nous: il nous a sauvés de tous les péchés par l’eau, le sang, et la résurrection. En d’autres termes, le testament du Seigneur et volonté pour le salut afin de nous sauver des péchés du monde sont maintenant efficaces pour tous ceux qui croient au Seigneur. Le salut de tous les péchés est venu vers vous et moi qui croyons en Jésus.

Il est écrit en Hébreux 9:22-28: “Et presque toutes choses sont purifiées par du sang, selon la loi; et sans effusion de sang il n’y a pas de rémission. Il était donc nécessaire que les images des choses qui sont dans les cieux fussent purifiées par de telles choses, mais que les choses célestes elles-mêmes le fussent par de meilleurs sacrifices que ceux-là. Car le Christ n’est pas entré dans des lieux saints faits de main, copies des vrais, mais dans le ciel même, afin de paraître maintenant pour nous devant la face de Dieu, — ni, non plus, afin de s’offrir lui-même plusieurs fois, ainsi que le souverain sacrificateur entre dans les lieux saints chaque année avec un sang autre [que le sien] (puisque [dans ce cas] il aurait fallu qu’il souffrît plusieurs fois depuis la fondation du monde); mais maintenant, en la consommation des siècles, il a été manifesté une fois pour l’abolition du péché par son sacrifice. Et comme il est réservé aux hommes de mourir une fois, — et après cela [le] jugement, ainsi le Christ aussi, ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent.”

Par les sacrifices quotidiens de l’Ancien Testament apportés par l’homme, nous ne pouvons être parfaits, et donc Jésus lui-même est venu sur la terre et a sauvé personnellement toutes les créatures des péchés du monde par son baptême et le sang. Sous la loi de l’Ancien Testament, des animaux sacrifiés devaient être mis à mort encore et encore. Lorsqu’un souverain sacrificateur mourait, un autre souverain sacrificateur devait être établi. Mais maintenant, comme le Seigneur est venu sur la terre pour accomplir sa nouvelle promesse de nous sauver personnellement, il nous a effectivement délivrés de tous les péchés du monde par son eau et le sang, remettant ainsi tous nos péchés une fois pour toutes en une seule fois. Pour nous rendre sans péché une fois pour toutes, le Seigneur a reçu le baptême dans son corps par Jean Baptiste, et pour nous délivrer de la condamnation du péché, il a abandonné son corps à la croix et a été condamné pour tous les péchés. C’est pour cela qu’Hébreux 9:28 dit ici que lorsque Jésus apparaîtra à la fin du monde, il “apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent.”

Il est aussi écrit: “Il appartient aux hommes de mourir une fois, après quoi vient le jugement.” Puisque nous sommes nés avec du péché en tant que descendants d’Adam, nous devons être mis à mort, jetés en enfer, et détruits. Cependant, une fois que notre Seigneur est venu sur la terre, il a porté tous les péchés du monde commis par nous durant toute notre vie, que ce soit dans nos cœurs, actes, ou pensées; il a été condamné pour chacun de nos péchés; et il les a tous expiés. En faisant cela, il a assuré que tous ceux qui croient en cette vérité ne soient jamais jugés, et par sa parole de vérité il nous a permis de vivre éternellement dans le royaume des cieux. C’est pour cela que notre Seigneur devait venir sur la terre, qu’il a été baptisé au Jourdain, qu’il a versé son sang à la croix, et qu’il est ressuscité des morts – le tout pour sauver chacun de nous.



L’évangile primitif du baptême de Jésus


La Bible dit en Matthieu 3:13-17: “Alors Jésus vient de Galilée au Jourdain auprès de Jean, pour être baptisé par lui; mais Jean l’en empêchait fort, disant: Moi, j’ai besoin d’être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi! Et Jésus, répondant, lui dit: Laisse faire maintenant, car ainsi il nous est convenable d’accomplir toute justice. Alors il le laissa faire. Et Jésus, ayant été baptisé, monta aussitôt, s’éloignant de l’eau; et voici, les cieux lui furent ouverts, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe, et venir sur lui. Et voici une voix qui venait des cieux, disant: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir.” Ici, Jésus dit qu’il allait accomplir toute la justice de Dieu en étant baptisé par Jean Baptiste.

Que signifie exactement ce passage? La justice de Dieu désigne sa justice et son amour – c’est-à-dire son juste salut. Jésus voulait être baptisé pour prendre tous les péchés de l’humanité, et c’est pour cela qu’il a dit à Jean Baptiste: “Laisse faire maintenant, car ainsi il nous est convenable d’accomplir toute justice.” Que signifie le mot “baptême”? C’est “baptisma” en grec, qui signifie ensevelir, immerger, transférer ou transmettre. Rappelez-vous que dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël posait ses mains sur les animaux à sacrifier. Quelle est la signification de l’imposition des mains alors? Lévitique 1:3 explique que l’imposition des mains a la même signification que le baptême – c’est-à-dire que cela signifie aussi transférer, transmettre, ou ensevelir.

Que fallait-il faire dans le tabernacle dans l’Ancien Testament pour que les péchés des Israélites soient remis? Peu importe combien il y avait de sacrificateurs et combien de gens étaient assemblés, toute offrande faite sans animal sacrifié était complètement invalide. Donc, Jésus est le personnage le plus important pour toute la race humaine et tous les pécheurs de ce monde. Jésus est le Créateur et notre Sauveur, et il est Dieu lui-même venu sur la terre incarné dans la chair d’un homme, qui a pris tous les péchés en étant baptisé, s’est sacrifié lui-même à la croix, et est ainsi devenu le souverain sacrificateur céleste pour tout pécheur.

Dans l’Ancien Testament, quand le sacrifice du jour de l’expiation était apporté, le souverain sacrificateur posait ses mains sur la tête du bouc sacrifié et confessait tous les péchés du peuple d’Israël à leur place, disant: “Seigneur, le peuple d’Israël a adoré les idoles, ils ont invoqué ton nom en vain, ils ont commis le meurtre et l’adultère, ils ont manqué de sanctifier le jour du sabbat, et ils ont enfreint chacune des règles de la loi. Je transfère maintenant tous ces péchés annuels sur ce bouc sacrificiel” (Lévitique 16:21). Le souverain sacrificateur coupait alors la gorge du bouc et prenait son sang, amenant ce sang dans le lieu Très Saint et en aspergeait, et offrait le sacrifice dans la présence de Dieu. Il prenait ensuite le bouc restant, posait ses mains sur sa tête, et confessait tous les péchés des Israélites alors qu’ils regardaient. Mais cette fois, au lieu de couper la gorge du bouc et prendre son sang, le souverain sacrificateur le donnait à un homme désigné pour le conduire dans le désert sec et stérile et l’abandonner. C’est ainsi que le peuple d’Israël dans l’Ancien Testament était sauvé de ses péchés annuels. Cependant, pour les gens du Nouveau Testament, c’est en croyant en Jésus comme leur propre agneau du sacrifice, en son baptême et son sang, qu’ils sont sauvés de tous péchés.



La signification de l’expiation


Faire l’expiation des péchés de quelqu’un signifie les transférer sur l’agneau du sacrifice. Puisque tous les péchés du monde ont été transférés sur le corps de Jésus par son baptême, quiconque croit en cette vérité du baptême et du sang de Jésus est maintenant sans péché. Dans l’Ancien Testament, la mort du bouc sacrifié était la mort du peuple d’Israël, et la souffrance du bouc était leur souffrance. Les péchés des Israélites étaient remis aux yeux de Dieu parce que l’un des deux boucs sacrifiés lui était offert. Mais la Bible dit que tout péché est inscrit sur les tables du cœur humain. Les péchés des Israélites inscrits dans le livre du jugement devant Dieu étaient expiés lorsque le souverain sacrificateur posait ses mains sur la tête du bouc sacrifié, et que son sang était mis sur les cornes de l’autel des holocaustes. Cependant, les péchés marqués sur la table de leur cœur restaient toujours, et c’était résolu par un bouc émissaire. Le mot “bouc émissaire” signifie “détacher.” Dans un sens similaire, Dieu le Père a détaché son Fils Jésus dans le monde pour expier tous nos péchés.

Dans l’Ancien Testament, quand le peuple d’Israël faisait l’expiation des péchés annuels le jour de l’expiation, l’un des deux boucs sacrifiés, le bouc émissaire, prenait tous les péchés des Israélites et était conduit par un homme désigné dans le désert. Le peuple d’Israël regardait le bouc émissaire être conduit au désert de Palestine en portant tous les péchés, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus voir le bouc. Ayant accepté les péchés des Israélites par l’imposition des mains du souverain sacrificateur, ce bouc sacrifiait périssait alors dans un endroit très éloigné. Il était abandonné pour errer dans le désert et mourir seul. C’est ce qui accomplissait la loi de Dieu déclarant que le salaire du péché c’est la mort.

Dans le Nouveau Testament aussi, notre Seigneur a résolu le problème du péché de cette façon. En étant baptisé et mourant, il a enlevé toutes nos transgressions loin de nous, aussi loin qu’est l’est de l’ouest (Psaume 103:12). L’Ancien Testament est la promesse de Dieu, le Nouveau Testament est l’accomplissement d’une nouvelle promesse, et notre Seigneur a réalisé cette promesse en étant baptisé quand il est venu sur la terre. Quand Jésus a été baptisé, tous les péchés de l’humanité ont été transférés sur le corps de Jésus. Tout comme Jésus a dit: “Ainsi il nous est convenable d’accomplir toute justice” (Matthieu 3:15), il a effectivement accompli toute justice de Dieu en étant baptisé par Jean Baptiste. A travers son baptême, en acceptant tous les péchés de l’humanité, Jésus a sauvé de tout péché quiconque croit en cette vérité. C’est le sacrifice d’expiation que Jésus a fait pour nous.

C’est Jean Baptiste qui a baptisé Jésus dans le Nouveau Testament. Qui est cet homme qui a baptisé Jésus alors? C’est un descendant d’Aaron le souverain sacrificateur de l’Ancien Testament. Pour accomplir et réaliser la prophétie de l’Ancien Testament, Jésus a envoyé un descendant d’Aaron comme souverain sacrificateur terrestre; quand Jésus le souverain sacrificateur du ciel est venu sur cette terre à travers la vierge Marie, le souverain sacrificateur terrestre et le souverain sacrificateur céleste se sont rencontré; et comme ils ont travaillé dans l’unité, tous les péchés du monde ont été entièrement expiés. Le seul devoir du souverain sacrificateur terrestre était de transférer tous les péchés de son peuple sur l’agneau sacrificiel. Il n’avait pas d’autre devoir que transférer les péchés. 

Par contre, Jésus est devenu lui-même notre propre propitiation, et en offrant son corps à Dieu le Père et portant tous les péchés de l’humanité et du monde, il a résolu le problème du péché. C’est dans ce but que Jésus a été baptisé par Jean Baptiste au Jourdain. Et quand Jésus a dit à Jean Baptiste: “Laisse faire maintenant, car ainsi il nous est convenable d’accomplir toute justice,” Jean a baptisé Jésus et a transféré tous les péchés du monde sur sa tête. Après avoir ainsi reçu le baptême pour accepter tous les péchés du monde, Jésus a vécu trois ans de plus sur la terre, jusqu’à ce qu’il soit crucifié à mort plus tard.

Dans quel but pensez-vous que Jésus ait été baptisé? Dans la Bible chinoise, le mot “baptême” est traduit par “nettoyage.” Autrement dit, quand Jésus a accepté les péchés du monde, nos péchés ont été effacés. Mes chers croyants, quand Jésus a été baptisé par Jean Baptiste, tous nos péchés ont été transférés sur Jésus, et donc tous les péchés du monde ont été effacés et expiés de nos cœurs. Jésus a été baptisé par immersion, et cette immersion signifiait sa mort. Autrement dit, Jésus a été mis à mort et enseveli précisément parce qu’il avait pris nos péchés, les péchés du monde. C’est parce que Jésus avait pris nos péchés par son baptême qu’il devait être mis à mort. Pourquoi Jésus est-il mort à la croix à notre place? Il a été crucifié à mort pour expier tous les péchés du monde, parce qu’il les avait portés en étant baptisé au Jourdain.

Le but dans lequel Jésus est né en tant qu’homme et a été baptisé à l’âge de 30 ans était de porter les péchés du monde par son baptême et d’accomplir son œuvre de salut à la croix. Et comme Jésus a été baptisé, est mort à la croix, ressuscité des morts après trois jours, a témoigné de lui-même pendant 40 jours, est monté au ciel, et est maintenant assis à la droite du trône de Dieu le Père, il a sauvé tous ceux qui croient en ce vrai salut. Maintenant même, le Seigneur est vivant et assis à la droite du trône, et ce Seigneur est devenu notre propre Sauveur. C’est le vrai Jésus auquel croit tout chrétien orthodoxe. En d’autres termes, nous croyons en Jésus qui a résolu tous les problèmes de nos péchés par son baptême et le sang. Parmi tous les êtres humains, Jean Baptiste a été établi par Dieu pour en être le représentant, et il a transféré les péchés du monde sur Jésus en le baptisant.

Dans l’Ancien Testament, quand nous regardons Josué 3:14-17, nous voyons les sacrificateurs porter l’arche du témoignage et entrer dans le Jourdain alors que le fleuve débordait pendant la période de la moisson. Aussitôt que les sacrificateurs sont entrés dans le fleuve, l’eau a cessé de couler à la source et le lit du fleuve est devenu un terrain sec. Cela implique le fait que le problème du péché de l’homme était résolu parfaitement au Jourdain. Dans ce Jourdain, à travers le baptême que Jésus son Fils a reçu, Dieu a mis fin à tous les péchés que satan avait insufflés dans l’homme pour le tourmenter et amener la mort et la malédiction. La condamnation des péchés du monde est maintenant finie. Jésus a accompli toute justice à travers son baptême.

Jésus a porté chacun des péchés. Quand il a été baptisé par Jean Baptiste au Jourdain et est sorti de l’eau, Dieu le Père a dit: “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir.” L’eau était jusqu’à sa poitrine quand Jésus a été baptisé. Que signifie ce baptême d’eau alors? C’est “l’imposition des mains” de l’Ancien Testament. L’Ancien Testament est l’ombre du Nouveau Testament. Jésus est la vraie substance. Et quand Jésus a été baptisé, il a pris tous les péchés de la race humaine entière, et c’est dans ce but qu’il est entré dans l’eau. Le baptême ici nous dit que Jésus a porté tous nos péchés, et puisque Jésus a accepté nos péchés par son baptême, le fait qu’il soit entré dans l’eau représente sa mort. Ainsi, le fait que Jésus ait été baptisé par Jean Baptiste signifie qu’il a pris tous nos péchés. Le baptême signifie transférer, transmettre, ensevelir, et immerger. Ce baptême que Jésus a reçu est ce qui a accompli toute la justice de Dieu. 

Savez-vous ce que signifie “toute justice” ici? L’expression “toute justice” c’est “πάσαν δικαιοσύνην” (pasan dik-ah-yos-oo’ nayn) en grec, dénotant l’équité et la justice. Cela signifie que Jésus nous a sauvés justement en acceptant les péchés du monde à travers son baptême. Le mot “ainsi” est “οϋτως” (hoo’-tos) en grec, et signifie “de cette façon”, “pas d’autre moyen que ceci,” et “plus approprié.” En d’autres termes, par cette méthode, Jésus lui-même a porté tous nos péchés personnellement en étant baptisé et a expié tous les péchés de l’humanité justement, pas seulement en paroles – cela signifie, en bref, que le Seigneur a fait de nous ses croyants des gens entièrement sans péché. Comme le Jourdain est le fleuve de la mort et que le salaire du péché c’est la mort, Jésus a pu mourir à la croix pour tous les péchés du monde parce qu’il avait pris tous les péchés de l’humanité en étant baptisé dans ce fleuve de mort. C’est parce que le Jourdain est le fleuve de la mort que Jésus a été baptisé dans ce fleuve et est mort à la croix. Et ressuscitant d’entre les morts, il a sauvé tous ses croyants.

Jésus a été baptisé pour nous sauver justement et légalement. Vous devez saisir cela quand vous croyez en Jésus. Il y a tant de chrétiens en Corée et dans le monde entier qui croient en Jésus tellement dans l’erreur. La plupart d’entre eux disent que leur propre dénomination est la meilleure et que leur pasteur est le plus grand, mais beaucoup d’entre eux croient en Jésus sans même comprendre son baptême. Mais comment un pasteur peut-il être le plus grand? Jésus est le plus grand, et sa parole de vérité est la meilleure. Quelqu’un peut-il être sauvé sans la parole de vérité de Jésus? Non, bien sûr que non. Un pasteur n’est pas qualifié de vrai pasteur juste parce qu’il est diplômé d’un séminaire. Même les pasteurs doivent recevoir la rémission des péchés en croyant au baptême de Jésus et son sang; aucun pasteur n’est spirituel par lui-même car tout être humain a des manques devant Dieu.

Quand Jésus est sorti de l’eau après avoir accepté tous nos péchés par son baptême, les cieux se sont ouverts et Dieu le Père a dit: “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir.” Le fait que Jésus soit entré dans l’eau implique sa mort à la croix. Le fait qu’il ait été baptisé signifie qu’il a accepté tous nos péchés. De cette façon, le Seigneur a expié tous nos péchés. La Bible dit donc qu’il: “apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent” (Hébreux 9:28).

La seconde apparition du Seigneur ici désigne la seconde venue du Seigneur comme le Juge. C’est appelé la seconde venue parce que c’est le retour du Seigneur. Quand le Seigneur est venu la première fois, il est venu sauver les pécheurs, mais quand il viendra la deuxième fois, il viendra pour appeler les justes et juger les pécheurs. Donc la Bible dit ici que le Seigneur viendra une deuxième fois pour ceux qui, sans péché, l’attendent à salut.

Pour délivrer la race humaine entière du péché, Jésus a été baptisé par Jean Baptiste. Il a été baptisé par Jean au Jourdain pour que tout pécheur puisse devenir une personne juste en croyant en Jésus comme son Dieu sauveur. Le baptême que Jésus a reçu au Jourdain et le sang qu’il a versé à la croix constituent le sacrifice changé de salut marqué dans le Nouveau Testament. Alléluia! Je rends grâces au Seigneur de nous avoir sauvé par ce sacrifice changé!